TOUR D’HORIZON DES ACTIONS MENÉES PAR NOS EQUIPES

NOS ACTIONS

LES TOURNÉES DE NUIT

L’ « aller vers » est un choix d’intervention inhérent à la volonté de faciliter la rencontre avec certains publics pour lesquels une démarche spontanée vers des professionnels de santé est complexe, voire impossible. La création de ce lien de confiance est fondamentale pour travailler en toute proximité avec les travailleurs.euses du sexe et les accompagner au mieux dans leur projet.
2 tournées hebdomadaires ont lieu de 21h30 à 3h30 du matin, sur des secteurs différents de l’agglomération Nantaise. Un binôme va à la rencontre des personnes sur leurs lieux d’activités. Les échanges se concentrent sur des problématiques collectives : sécurité dans l’activité, législation, violences, rupture de préservatifs, IST, contraception… Les situations individuelles nécessitent davantage de confidentialité et sont principalement abordées au lieu fixe.

l’accueil de jour

Un lieu d’accueil est proposé en journée pour disposer d’un lieu plus confidentiel et hors du temps de travail des personnes afin de se concentrer avec elles sur leur situation personnelle.

Le local est ouvert 4 demi-journées par semaine. Ces temps de rencontre au local se font de manière formelle dans un bureau à part permettant à la personne d’échanger en toute confidentialité. Les personnes sont accueillies sans rendez-vous sur trois thématiques (santé, social et juridique).
Le reste de la semaine, l’équipe est joignable par téléphone afin de répondre aux questions urgentes, prendre du temps avec la personne sur des sujets qui nécessitent davantage de confidentialité, ou encore proposer un accueil sur rendez-vous pour un accompagnement spécifique.

Des accompagnements de médiation et de facilitation avec le droit commun

Il s’agit de pouvoir accompagner physiquement les personnes à des rendez-vous pour :

– Tenir un rôle de médiation avec les professionnels de santé, du social ou du juridique
– Expliquer aux personnes le système d’accès aux soins, le fonctionnement des structures de droit commun (CPAM, préfecture, Centre Médico-social, palais de justice, poste de police, pôle emploi, avocat, etc.) afin que la personne puisse ensuite être autonome dans ses démarches 
– Renforcer la création du lien de confiance avec les personnes 
– Soutenir une démarche difficile

DÉFENDRE LES DROITS DES PERSONNES

Paloma ne considère pas les travailleurs.euses du sexe comme des victimes, afin de ne pas enlever aux personnes leurs capacités d’être acteur et de faire des choix. La nuit comme le jour, des entretiens sont proposés pour aborder les questions d’accès au droit et aux soins, ainsi que les questions de violence.
Les politiques publiques doivent s’efforcer d’assurer la sécurité physique et morale des travailleurs.euses du sexe. Leur accès aux droits doit être garanti et elles doivent bénéficier d’une prise-en-charge sans subir de discrimination en raison de leur activité.